Maroc

Vous souhaitez entamer ou continuer vos études en Suisse ? Pourquoi pas ! Mais attention : un départ ne s’improvise pas ! Posez-vous les bonnes questions : souhaitez-vous effectuer un court séjour (3-12 mois) ? Travailler en même temps ou simplement faire un stage ? Dans cette rubrique, nous espérons que vous trouverez toutes les réponses à vos questions, ainsi que des renseignements sur l’enseignement supérieur, les universités et le coût des études en Suisse.
Étudier en Suisse permet de découvrir un des pays carrefours de l’Europe, qui a su développer une économie particulièrement solide. Partagée entre plusieurs langues et cultures, la maîtrise de l’anglais, l’allemand, l’italien ou encore le français sont des passages obligés pour les étudiants qui profitent de l’excellent enseignement supérieur suisse.
Étudier en Suisse, c’est l’assurance de découvrir un mixte de culture et de langue dans un même pays ! Beaucoup d’étudiants sont attirés par la Suisse, reconnue pour la qualité de ses formations supérieures. La présence des plus grandes écoles hôtelières n’est pas étrangère à ces migrations estudiantines. Par ailleurs, c’est un pays particulièrement propice à suivre certaines formations spécifiques, en finance notamment…
L’enseignement supérieur helvétique est riche et de qualité. Il comporte douze « hautes écoles universitaires » : dix universités cantonales, qui proposent des études de droit, médecine (non accessible aux étudiants étrangers), lettres, sciences économiques, théologie et sciences de l’éducation ; deux Écoles polytechniques fédérales (EPF), qui regroupent les hautes écoles de gestion, les hautes écoles d’arts appliqués et les écoles d’ingénieurs.
En outre, il existe des écoles professionnalisantes. Les 9 hautes écoles spécialisées (HES) offrent des études orientées vers la pratique dans les domaines techniques – technologies de l’information, architecture, construction et planification, chimie et sciences de la vie, agriculture et sylviculture –, ainsi qu’en économie et services, design, santé, travail-social, arts, musique, théâtre, psychologie appliquée et linguistique appliquée. Les Hautes écoles pédagogiques (HEP) sont, quant à elles, responsables de la formation des enseignants. A noter : La Suisse est aussi très réputée pour ses formations en management hôtelier. Glion et l’École hôtelière de Lausanne sont un peu les fleurons de l’enseignement dans l’hôtellerie.

Il existe 14 universités répartis sur la totalité du territoire. Les domaines d’études sont l’enseignement originel, le droit et l’économie, les lettres, les sciences, la médecine, les sciences d’ingénieur, le commerce et la gestion, les sciences de l’éducation et la traduction.

En plus de ces universités, il existe comme en France des écoles d’ingénieurs. Elles se distinguent par une sélection par concours à l’entrée et un effectif réduit. Les études se déroulent sur 5 ans et débouchent sur un diplôme d’ingénieur d’Etat. On trouve deux catégories d’écoles d’ingénieurs : les écoles admissibles après le bac et d’autres admissibles après un bac 2.Les premières possèdent un cycle préparatoire intégré. On peut citer l’Ecole Nationale de l’Agriculture de Meknès (ENAM), l’Ecole Nationale Forestière d’Ingénieur (ENFI), les Ecoles Nationales des Sciences Appliquées (ENSA), l’Ecole Nationale Supérieure des Arts et Métiers (ENSAM).
La deuxième catégorie regroupe 11 écoles participant au Concours National Commun, organisé chaque année par le Direction de la Formation des Cadres (DFC). Parmi elles, nous pouvons citer l’Ecole Hassania des Travaux Publics (EHTP), l’Ecole Mohammadia d’Ingénieurs (EMI) et l’Ecole Supérieur des Industries du textile et de l’Habillement (ESITH). Notons qu’à partir de la rentrée 2012, l’ENSA et l’ENSAM feront partie de ce groupe.

Afin d’intégrer plus facilement ces écoles, ils existent des Centres de Préparation aux Grandes Ecoles (CPGE). Ils recrutent sur dossier et préparent en deux ans au concours d’entrée aux Grandes Ecoles.

Côté commerce, il existe 9 écoles nationales de commerce et de gestion (ENCG). Elles forment en 5 ans des cadres dans les domaines du commerce et de la gestion, débouchant par exemple sur des métiers de la finance, de la comptabilité et des ressources humaines.

Le Maroc a développé un réseau assez important d’établissements de formation des cadres, réparti sur l’ensemble du territoire national. Cette formation est assurée selon les compétences suivantes : Des établissements scientifiques et techniques, des établissements juridiques économiques administratifs et sociaux, des établissements pédagogiques, 6 Ecoles Normales Supérieures, 2 Ecoles Nationales Supérieures d’Enseignement Technique (ENSET), le Centre de Formation des Inspecteurs de l’Enseignement et le Centre d’Orientation et de Planification de l’Education (COPE). L’accès à certains établissements se fait par voie de concours d’admission, de sélection ou d’entretien personnel.Retrouver toutes les formations et les filières proposés sur le site du Département de l’Enseignement supérieur et celui du Ministère de l’emploi et de la formation professionnelle